Moi - Censure - Ça

Les rêves et l’inconscient

Un article sur un sujet passionnant et peu connu...

a) Qu’est-ce qu’un rêve ?

Les rêves sont des images, des sons, des phénomènes psychiques (≠ physiques) que le cerveau produit pendant le sommeil. On se rappelle de nos rêves le plus souvent quand on se réveille pendant qu’ils se déroulent. Ils se forment à partir de traces amnésiques (des choses qu’on ne se rappelle plus, cachées dans notre inconscient), des événements vécus pendant la journée, et même de notre inconscient (voir 2.).

b) Les différents stades du sommeil :

Le sommeil est important : il régule et répare notre organisme. Il intervient dans la récupération physique et mentale, la production d’hormones de croissance nécessaire au développement de l’enfant et de l’adolescent, l’élimination des déchets métaboliques (des choses qui ne nous servent pas dans notre corps ou qu’on a en excès, comme le CO2 lorsqu’on respire) produits par l’activité du cerveau. Le sommeil renforce nos défenses immunitaires, régule notre appétit, nous aide à mémoriser et apprendre… et, sans sommeil, on ne rêverait pas !

L’endormissement : Les muscles se relâchent et les mouvements oculaires se réduisent, la respiration devient régulière. A ce stade, le dormeur peut encore se réveiller facilement.

Le sommeil lent et léger : Les muscles se relâchent et les mouvements oculaires se réduisent encore, ce stade est caractérisé par des ondes cérébrales lentes. A ce stade, le dormeur est encore très sensible à l’environnement extérieur, un bruit ou une lumière intense peut le réveiller.

Le sommeil lent et profond : L’activité musculaire et les mouvements oculaires disparaissent quasiment, l’activité des fonctions vitales ralentit, le rythme cardiaque et respiratoire diminue. La température corporelle diminue. Ce stade est caractérisé par des ondes cérébrales lentes et amples. A ce stade, il est difficile de réveiller le dormeur.

Le sommeil paradoxal : Ce stade de sommeil présente des signes de sommeil très profond et des signes d’éveil simultanément, il est caractérisé par des ondes cérébrales et mouvements oculaires très rapides et c’est, le plus souvent, à ce stade que l’on rêve. L’activité musculaire disparaît, ils sont « paralysés », ce qui nous protège en nous empêchant de nous lever et de « vivre » nos rêves. Chez les personnes somnambules, ce système

est « défaillant ».

L’éveil : Le cerveau sécrète de la sérotonine (la diminution de cette molécule contribue à atteindre l’état de somnolence, juste avant le sommeil et la sérotonine permet de synthétiser de la mélatonine, souvent appelé hormone de sommeil). L’activité musculaire reprend, on reprend conscience et une nouvelle journée débute.

Cela est un cycle de sommeil, qui dure environ 90 minutes (1h30) et qui va se répéter 3 à 5 fois.

C’est une moyenne chez l’adulte, qui change selon l’âge mais aussi selon chaque personne : une personne d’âge moyen (environ 40-60 ans) ou une personne âgée peut avoir besoin de seulement 7h de sommeil alors qu’un bébé peut avoir besoin de 15h de sommeil, un adolescent de 12h ou un jeune 10h. Les premiers cycles de sommeil contiennent plus de temps de sommeil lent et profond et les derniers plus de temps de sommeil paradoxal.
Il est bon de se réveiller à la fin d’un cycle, ou on aura l’impression de se lever très fatigué, et c’est donc pour ça que quand vous faites une sieste, elle peut être bénéfique si elle dure 20 minutes… À moins que vous dormiez 8 ou 10h !

2. Le mystère de l’inconscient

a) Qu’est-ce que l’inconscient ?

L’inconscient est un peu comme la partie immergée de l’iceberg, il est responsable de 90% de ce qu’on fait et pense, alors que le conscient seulement 10% :
L’inconscient régule nos fonctions vitales (respiration, température du corps…), et c’est donc pour ça que l’on n’a pas besoin de réfléchir pour respirer, cligner des yeux ou éternuer !
Il retient tout ce que vous avez appris (comme marcher, parler…), et c’est pour ça que nous nous rappelons souvent des sports qu’on a faits auparavant.

L’inconscient peut se manifester sous plusieurs formes en se « déguisant » pour pouvoir franchir la censure.
Il peut se manifester sous formes de rêves, lapsus (quand on remplace un mot par un autre), actes manqués (perdre ses clés, envoyer un message à la mauvaise personne…)

b) L’explication du psychisme par Freud

Selon Freud, notre psychisme (ensemble des phénomènes mentaux, c’est-à-dire nos émotions, nos pensées…) est divisé en 3 parties (voir image ci-dessus) :

– Le « Moi » qui est notre conscient. Il cherche à s’adapter à la réalité et à ses exigences.

– le « Surmoi » qui est la censure, le gardien qui refoule nos pulsions (force psychique qui fait tendre la personne vers un but) non-acceptable. Il vient peser sur le « Moi » pour renforcer la censure, pour ne recevoir que les pensées acceptables.

– Et le « Ça » qui est notre inconscient, qui crée nos pulsions refoulées (voir def ci-dessous).
Il cherche à satisfaire ses pulsions sans tenir compte de la réalité.

Le refoulement est l’opération où l’on repousse dans l’inconscient des représentations ou des pulsions qu’il juge indésirable. Elles sont souvent amorales et asociales.

3. Le saviez-vous ?

a) Pourquoi oublie-t-on nos rêves ?

Si vous faîte un rêve pendant le sommeil profond, ce qui n’arrive pas très souvent, vous oublierez. Si vous le faîtes pendant votre sommeil paradoxal, et que vous vous réveillez en plein milieu, vous vous en souviendrez sûrement bien sur le moment : la plupart des chercheurs disent qu’il suffit de 10 minutes pour effacer les rêves de notre mémoire, et donc c’est pour ça que vous souvenez de votre rêve au réveil, puis dans la journée, vous vous en souvenez très vaguement ou vous avez juste le souvenir d’avoir rêvé la nuit dernière. Des chercheurs pensent avoir trouvé la raison pour laquelle on oublie nos rêves, en faisant une étude sur des souris de laboratoire :

Comme je l’ai déjà dit avant (intro du 1. b), pendant le sommeil le cerveau fait le tri dans nos souvenirs, il filtre ce qu’on a besoin de se souvenir ou non et aide à mémoriser de nouveaux souvenirs.

Les chercheurs se sont penchés sur les neurones qui produisent l’hormone concentrant la mélanine (pigment foncé, elle se produit par exemple quand on est exposé au soleil, on « bronze » pour protéger notre peau) qui se nomme « HCM ». D’après leurs observations, une majorité (53 %) d’entre eux s’activait dans l’hypothalamus (région du cerveau impliqué dans les systèmes d’hormones et nerveux) lorsque les souris étaient plongées dans un sommeil paradoxal. D’après d’autres études, ils savaient déjà que les neurones HCM étaient actifs pendant le sommeil paradoxal. En testant l’activation et la désactivation de ces cellules dans l’hippocampe des souris, ils se sont aperçus que leur activation abîmait leur mémoire, tandis que leur désactivation l’améliorait.
Soit tout l’inverse de ce qui était attendu. En revanche, cela n’avait d’effet que lors du sommeil paradoxal. Ces résultats suggéraient donc que les neurones HCM aidaient activement le cerveau à oublier de nouvelles informations, probablement sans importance. Puisque les rêves se produisent principalement lors de la phase du sommeil paradoxal, la phase lors de laquelle les neurones HCM sont actifs, ce phénomène pourrait empêcher un rêve d’être mémorisé par l’hippocampe, la mémoire à long terme.

b) Comment rêvent les personnes aveugles ?

Cela dépend si on est aveugle de naissance ou aveugle à un moment dans notre vie.

– Si on est aveugle de naissance, on rêve comme on vie, sans voir puisqu’on en n’a jamais vu. On ne sait pas à quoi ressemble les couleurs, les formes, les gens… On peut rêver en noir et blanc, parce que c’est ce qu’on « vois ». On rêve alors de bruits, d’odeurs, de goûts…

– Si on n’est pas aveugle de naissance on rêve comme tout le monde : plus on est aveugle tard, plus on rêve comme tout le monde, parce que la plasticité cérébrale, la capacité du cerveau à s’adapter, diminue au cours des années.

Rédigé entre le 31/03/2020 et le 13/05/2020 par Maxime Hamou.

Sources : CENAS, Le Figaro, Hypnia, Sciences et Avenir, LCI, YouTube, Institut Pandore.

Nouveau : chaque source est reliée à un lien dans tous les nouveaux articles