Portrait de Voltaire

Voltaire, philosophe des Lumières

Né en 1694 à Paris, François-Marie Arouet, plus connu sous le nom de Voltaire, est un philosophe, écrivain et historien du 18ème siècle.

François-Marie Arouet, plus connu sous le nom de Voltaire, est un philosophe, écrivain et historien du 18ème siècle. Né en 1694 à Paris, et mort en 1778 (à 83 ans) à Paris, il fait partie des Lumières, un mouvement culturel, philosophique, littéraire et intellectuel de la seconde moitié du XVIIᵉ siècle. Il a notamment écrit Zadig ou la destinée, Lettres Philosophiques, ou encore Candide ou l’optimisme.

Origines :
François-Marie Arouet était originaire d’un milieu bourgeois, de son père notaire et sa mère née dans la noblesse. Il fit ses études au collège Louis le Grand. Il quitte le collège en 1711 (à 17 ans) et annonce à son père qu’il ne veut pas être avocat, alors que son père était prêt à y investir des sommes considérables, mais homme de lettres (écrivain). Son père s’y oppose et François-Marie s’inscrit donc à l’école de droit. Il fréquente des membres de la haute noblesse. Son père l’éloigne un moment de ce milieu en l’envoyant à Caen, puis à la Haye (Pays-Bas), mais son éloignement ne dure pas : Il a une liaison amoureuse avec Olympe le Noyer. À Noël 1713, il est chassé de son poste ainsi que des Pays-Bas, et retourne à Paris.

En 1715, alors que débute la Régence Arouet a 21 ans. Il se trouve dans le camp des ennemis du Régent. Invité au château de Sceaux, centre d’opposition le plus actif au nouveau pouvoir, où la duchesse du Maine, tient une cour brillante, il ne peut s’empêcher de faire des vers injurieux sur les relations amoureuses du Régent ou de sa fille, la duchesse de Berry, qui vient d’accoucher clandestinement.

Le 4 mai 1716, il est exilé à Tulle. S’étant lié d’amitié avec un certain Beauregard, qui est en réalité un indicateur de la police chargé de le faire parler, il lui confie être l’auteur de nouveaux ouvrages de vers satiriques contre le Régent et sa fille.
Le 16 mai 1717, il est envoyé à la Bastille par lettre de cachet. Il a alors 23 ans et restera emprisonné durant onze mois.
À sa sortie, conscient d’avoir gaspillé son temps et son talent, il veut donner un nouveau cours à sa vie, et devenir célèbre dans les genres les plus nobles de la littérature de son époque (la tragédie, et la poésie épique ou épopée).
Pour rompre avec son passé, notamment ses parents, il se nomme Voltaire. Il existe plusieurs hypothèses sur les éléments avec lesquels il a formé ce pseudonyme : inversion des syllabes de la ville d’Airvault, proche du village dont est originaire la famille Arouet ou un personnage de théâtre nommé « Voltare », mais aucune d’elles n’ont été prouvées. Ainsi, il écrit sa première œuvre et pièce de théâtre : Œdipe.

Principales idées :
Voltaire est un grand défenseur de la liberté d’expression : il a notamment écrit le Traité sur la tolérance en 1763, suite à l’affaire Jean Calas (1761-1765), pour prouver son innocence. Jean Calas appartenait à une famille protestante. Son fils ayant été trouvé mort étranglé, son père pensa qu’il s’était suicidé et pour éviter le traitement infligé à l’époque aux suicidés, il tente maladroitement de camoufler le suicide en meurtre. Jean Calas est accusé de l’avoir assassiné pour empêcher le jeune homme de se convertir au catholicisme et, le 10 mars 1762, Jean Calas est condamné à mort, sans aucune véritable preuve : il est roué, étranglé et brûlé. En 1763, Voltaire écrit le Traité sur la tolérance. Le 4 juin 1764, le Conseil du roi casse l’arrêt du parlement de Toulouse et réhabilite Calas (1765).
Voltaire y écrit : « La tolérance n’a jamais excité de guerre civile ; l’intolérance a couvert la terre de carnage »

Suite aux attentats à cause des caricatures de Charlie Hebdo en 2015, le Traité sur la tolérance avait été ressorti pendant les manifestations.

Végétarien méconnu, il en est un des précurseurs (en avance sur son temps), et déclare qu’« on ne mange pas ses semblables ». Il dit aussi : « Qu’y a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre ? ». Il pense que l’Homme n’est pas supérieur aux autres espèces animales. Il commence à s’intéresser au végétarisme vers 1761-1762.

Il prône le déisme7 parce qu’il est un opposant au fanatisme, à l’obscurantisme8, et aux superstitions. C’est avec l’affaire Calas que Voltaire a agi pour rectifier l’erreur judiciaire commise au détriment du père (Jean Calas). Cette erreur judiciaire était notamment causée par l’obscurantisme, et cela lui était insupportable : il mit toute son énergie pour rétablir la vérité, jusqu’à écrire le Traité sur la tolérance.

Principales œuvres :

Écrits philosophiques : Lettres philosophiques (1734) – Traité sur la tolérance (1763) – Dictionnaire philosophique (1764)

Œuvres historiques : La Henriade (1728) – L’histoire de Charles XII (1731) – Essai sur les mœurs (1741) – Le siècle de Louis XIV (1751)

Contes philosophiques : Zadig ou la destinée (1747) – Candide ou l’optimisme (1759) – Micromégas (1752) – L’ingénu (1767)

Tragédies/Théâtre : Œdipe (1718) – Zaïre (1732) – Mahomet (1741)

Conclusion :

Les sujets de la tolérance de la laïcité, et de la liberté d’expression sont toujours d’actualité, avec les derniers évènements, notamment avec l’attentat du 16 octobre 2020. Plus de 250 ans après sa mort, Voltaire est toujours plus que présent par ses idées et convictions ce qui fait de lui un des plus grand philosophe français.

Rédigé entre le 07/10/2020 et le 22/10/2020 par Maxime Hamou.
Sources : [Les sources ont été perdues]